Centre Terre, une association membre de la Fédération Française de Spéléologie, agréée Education Nationale

Expédition Spéléologie Patagonie

version imprimable


Punta Arenas, face à la Terre de Feu

Publié le 09-01-2017

Partis de France mardi en soirée, nous avons rallié Santiago en quatorze heures de vol, puis immédiatement enchaîné sur Punta Arénas, trois mille kilomètres plus au sud. Un temps plutôt ensoleillé nous y attendait mercredi soir. Natalia, Marcelo et Bernard, restés à Santiago, rencontraient cette même après-midi l'Ambassadrice de France, Madame Caroline Dumas, puis la Ministre des Biens Nationaux, Madame Nivia Palma, dont dépend l'île Madre de Dios. Jeudi, nous rendions tous visite à Victor Igor, Secrétaire de ce ministère pour la région Magallanes.

Photo avec la ministre de Bienes Nacionales
Photo avec la ministre de Bienes Nacionales
Rencontre avec le Seremi de Bienes de Magallanes
Rencontre avec le Seremi de Bienes de Magallanes

Le quotidien des neuf membres de la pré expédition réunis sur place jeudi matin est bien rempli, à défaut d'être excitant. Il consiste à quadriller la ville de Punta Arenas à la recherche des matériels devant nous transformer, pour une grosse semaine, en ouvriers du bâtiment attelés à la construction de la cabane qui nous protègera de la rudesse des éléments. Pelles, brouette, barre à mine, outillages divers s'accumulent dans la maisonnette qui nous sert de quartier général. La connaissance de l'espagnol de plusieurs d'entre nous et la participation active de Natalia nous aident grandement. Au soir, l'imprimante tout juste achetée débite les plans qu'il faut plastifier pour les protéger de la pluie qui nous attend à coup sûr une fois sur place.

Chargement du camion pour Puerto Natales
Chargement du camion pour Puerto Natales
Chargement du camion pour Puerto Natales
Chargement du camion pour Puerto Natales

Mais la grosse affaire reste l'achat des vivres pour les deux mois que va durer l'expédition. Un commando de Centre Terriens investit le plus gros magasin de la ville pour une course de fond qui va durer un jour et demi. Les caddies se remplissent et s'accumulent. A la fin de la première journée, le smartphone, mouchard des temps modernes, indique que son propriétaire, persuadé de n'avoir fait que piétiner sur place devant les rayonnages, a effectué dans sa journée un total de 9879 pas totalisant près de cinq kilomètres... Une performance physique finalement moins éloignée qu'on ne l'imaginerait de la traversée d'un des lapiaz couverts de forêt impénétrable dont Madre de Dios a le secret. On s'entraîne parfois d'une manière peu conformiste!

Au supermarché...
Au supermarché...
Fin des courses... 6 palettes de vivres
Fin des courses... 6 palettes de vivres

Punta Arenas : pointe sableuse... Le grain de sable dans l'engrenage, c'est le lendemain qu'il se manifeste, lors du passage en caisse des quarante caddies chargés de nos tonnes de vivres. Devant la caissière désespérée, la machine fait une overdose dont le mécanisme reste mystérieux, mais qui se traduit par un bug complet lors de l'utilisation de nos cartes bancaires. Après plus de deux heures passée en démarches téléphoniques avec la direction nationale de la chaîne à Santiago et notre banque en France, puis en reprise manuelle de notre ticket de caisse kilométrique pour le partager en plusieurs notes de montants inférieurs, nous sommes enfin libres...

Plage de Punta Arenas
Plage de Punta Arenas

Pendant ce temps, l'équipe cinéma, encore réduite à Gilles et Luc-Henri, réalise ses premières prises de vue, tout en s'activant pour réceptionner ses dernières caisses de matériel. C'est une affaire délicate et urgente, puisque nous quittons bientôt le détroit de Magellan.

Lundi matin à l'aube, nous rejoindrons Puerto Natales où d'autres démarches nous attendent avant l'arrivée sur place du gros de l'équipe, en soirée. Auparavant, il faudra s'être attelés au chargement du matériel sur les quatre bateaux qui assureront la phase maritime de notre longue approche de Madre de Dios. Cette traversée nous prendra encore vingt-quatre heures, avant le dernier chargement à Guarello.

Pour l'instant, les prévisions météo nous promettent d'avoir une courte fenêtre nous permettant d'embouquer le fjord Barros Luco, afin de rejoindre enfin notre futur lieu de camp. Espérons que la météo soit dans le vrai...


Publication suivante  Publication précédente

Projections Film UP2017

21 novembre, Providencia (Chili).
22 novembre, Neuchâtel (Suisse).
25 novembre, Ougney (Doubs).
25 novembre, Cabara (Gironde).
29 novembre, Toulouse.
8 décembre, Escoussans (Gironde).
16 décembre, Chamoux sur Gelon (Savoie).
19 au 23 décembre, Rabat (Maroc).
Avoir plus de détails

Ultima Patagonia 2014

Diego de Almagro

Expédition Ultima Patagonia 2014

En savoir plus

Ultima Patagonia 2010

Quatrième expédition à Madre de Dios

Expédition Ultima Patagonia 2010

En savoir plus

Ultima Patagonia 2008

Seconde expédition franco-chilienne

Expédition Ultima Patagonia 2008

En savoir plus

Ultima Patagonia 2006

Première expédition franco-chilienne

Expédition Ultima Patagonia 2006

En savoir plus

Bornéo 2002

Expédition dans les grottes de Kalimantan

Expédition Bornéo 2002

En savoir plus

Mongolie 2001

Expédition de reconnaissance

Expédition Mongolie 2001

En savoir plus

Ultima Patagonia 2000

Grande expédition sur Madre de Dios

Expédition Ultima Patagonia 2000

En savoir plus

Ultima Esperanza 1997

Première expédition sur Diego de Almagro

Expédition Ultima Esperanza 1997

En savoir plus

Diego de Almagro 1995

Premier repérage

Expédition Diego de Almagro 1995

En savoir plus