Diverses questions sur l'expédition

Bonjour,
Nous sommes la classe de 5°2 du collège Jeanne d'Arc La Sainte Famille de Moissac (82).
Nous participons au suivi d'expédition et nous aimerions vous poser quelques questions.
Est-ce que c'est facile d'installer le camp de base ?
Quelles sont les conditions pour dormir ?
À quoi pensez vous lors de vos déplacements ?
Trouvez-vous une biodiversité différente de celle trouvée en 2017 ?
Avez-vous déjà vu ou aperçu des animaux prédateurs ?
Quelles sont les moments les plus marquants lors de cette expédition ?
Lors de cette expédition avez-vous eu des blessés (plus ou moins graves) ?
Quelle exploration a été la plus dangereuse ?
Avez-vous retrouvé d'autres traces des Kawéskar dans les grottes ?
Lors de sa rencontre avec les descendants des Kawéskar à Puerto Edén, Richard Maire a-t-il ramené un souvenir (objet, etc.) ?
Avez-vous fait la découverte d'animaux encore inconnus ?
Pour les premiers revenants en France, quelles ont été vos émotions ?
À quand la prochaine expédition en Patagonie ?

Merci de répondre à nos questions et bonne continuation pour la fin de l'expédition.
Les élèves de la classe de 5°2

Réponses

  • Bonjour à tous,
    Voici quelques réponses à vos intéressantes questions :
    Est-ce que c'est facile d'installer le camp de base ?
    Nous avons construit le camp de base lors de l'expédition de 2017. Ce n’était pas très facile car il à fallu tout organiser depuis la France et depuis Santigo du Chili. Nous avions fait des plans et pré-construit tous les éléments en bois de notre cabane/laboratoire à Santiago grâce aux membres chiliens de l'équipe Centre Terre . Puis nous avons rempli tout un conteneur maritime de 20 pieds avec ces éléments préfabriqués, les accessoires pour construire une cuisine, une douche, etc et tous les outils. Ce conteneur est ensuite parti par bateau jusqu'a la base minière de Guarello ou il a été stocké par nos partenaires de la société Huachipato. Lorsque nous sommes arrivés, nous avons loué un autre bateau plus petit que nous avons chargé avec tout ce matériel et nous avons tout amené sur place avec ce bateau. Pour le décharger heureusement que nous étions nombreux car ça faisait plus de 10 tonnes à monter par le sentier boueux que nous avons tracé jusqu'au camp 30m au dessus de la mer. Nous avons implanté le camp un peu en altitude car au Chili les tsunamis sont fréquents et dévastateurs pour les bâtiments situés trop prés de la mer. Une fois tous les matériaux acheminés jusqu'au chantier, il nous à fallu une dizaine de jours pour construire la pièce principale, y installer le poêle à bois et pouvoir prendre une première douche. Cette année en 2019 nous avons réutilisé cette cabane et l'avons un peu agrandie. mais c'était beaucoup plus facile car nous avions déjà une base installée.
    Quelles sont les conditions pour dormir ?
    La cabane/laboratoire est petite, donc nous ne pouvons pas y dormis à tous. pour dormir nous avons installé de grandes tentes du type de celles utilisées comme camp de base en Himalaya. Comme il est impossible de trouver un sol plat sur ces îles, nous avons construit un plancher sur des pilotis et installé les tentes dessus. Le seul inconvénient est que les tentes ne sont pas chauffées et donc le matin, il fait souvent zéros degrés dans la tente. heureusement nous avons de bon sacs de couchage bien épais.
    À quoi pensez vous lors de vos déplacements ?
    Question compliquée. Je crois que chacun pense à des choses différentes car nous emmenons avec nous aussi nos pensées de la vie de tous les jours en Europe et nous sommes une équipe de personnes très différentes. Mais il y a aussi des moments ou la nature qui nous environne remplit toutes nos pensées, soit parce que le paysage est merveilleux, soit parce que le mauvais temps nous oblige à réfléchir à la bonne stratégie pour ne pas avoir trop froid ou pour parvenir au but que nous nous sommes fixés.
    Trouvez-vous une biodiversité différente de celle trouvée en 2017 ?
    Non, nous avons retrouvé les végétaux et les animaux que nous avions vu lors des expédition précédentes. Mais à chaque fois nous faisons des découvertes nouvelles. Cette année nous avons trouvé un curieux poisson de 7 cm de long dont nous ne savons pas s'il vit en eau douce ou en eau de mer. Nous allons essayer d'en savoir plus.
    Avez-vous déjà vu ou aperçu des animaux prédateurs ?
    Sur les montagnes qui entourent le glacier ou une partie de l'équipe est allé en janvier, nous avons trouvé des traces de puma. Des excréments et une carcasse de huemul. Le huemul est une sorte de petit cerf très répandu dans la région. Mais nous n'avons pas vu directement de puma. Sur l'île Madre de Dios où nous sommes en ce moment il n'y a aucune trace de gros animaux. Ni huemul, ni puma. Par contre il y a des rats. Ils nous posent un problème car ils ont tendance à manger nos provisions de nourriture. Dans le ciel, nous apercevons souvent le condor des Andes, c'est le plus gros prédateur de l'île il est est plus gros que les aigles ou les vautours des Alpes et des Pyrénées. Comme c'est un oiseau magnifique, il est capable de parcourir des distance énormes au dessus des iles et des canaux de Patagonie. Dans la mer il y a aussi beaucoup de prédateurs. Nous en avons vu plusieurs : orques, baleines, dauphins, otaries, loutres pour ne citer que les mammifères.
    Quelles sont les moments les plus marquants lors de cette expédition ?
    Difficile à dire, d’autant plus qu'elle n'est pas terminée. de plus chacun de nous aura probablement ses propres moments marquants en fonction des sorties qu'il aura faites.
    Lors de cette expédition avez-vous eu des blessés (plus ou moins graves) ?
    Pour le moment, j'espère que ce sera le cas jusqu'au bout, nous n'avons pas eu de grosse blessure ou maladie. Juste une petite foulure de la cheville que le docteur à soignée par un bandage de maintien.
    Quelle exploration a été la plus dangereuse ?
    Nous faisons en sorte que les explorations ne soient pas dangereuses. A chaque fois nous faisons attention à la météo et à équiper les grottes en fonction des risques potentiels (crues, chutes de pierres). Le but est de ne pas nous mettre en danger tout en allant le plus loin possible à chaque fois.
    Avez-vous retrouvé d'autres traces des Kawéskar dans les grottes ?
    Nous avions trouvé des trace des Kawéskar en 2017, cette année nous n'avons pas trouvé d'autre site notable. Il faut dire que les sites propices sont peu nombreux. Il faut une grotte avec une partie sèche à l'abri du mauvais temps et qui soit facilement accessible depuis la mer.
    Lors de sa rencontre avec les descendants des Kawéskar à Puerto Edén, Richard Maire a-t-il ramené un souvenir (objet, etc.) ?
    Je ne sais pas, Richard pourra vous répondre. Quant à moi, j'avais rencontré Gabriela, la doyenne de la communauté Kawéskar de Puerto Eden lors de l’expédition de l'an 2000. Elle m'avait donné une petite maquette de canoë que j'ai toujours chez moi. Mais l'important ce sont les souvenirs de moments passés ensembles.
    Avez-vous fait la découverte d'animaux encore inconnus ?
    Ça nous le saurons plus tard, car quand nous trouvons un animal qui nous semble nouveau, à notre retour, il nous faut interroger de nombreux spécialistes pour vérifier si c'est une espèce nouvelle ou si elle est déjà connue en un autre lieu. Lors des expéditions précédentes nous avions trouvé plusieurs nouvelles espèces. Nous verrons dans quelques mois ce qu'il en sera pour UP2019.
    Pour les premiers revenants en France, quelles ont été vos émotions ?
    Je laisse les personnes de l'équipe de janvier répondre. Mais plusieurs nous ont déjà écrit : "Quant est-ce qu'on repart ?"
    À quand la prochaine expédition en Patagonie ?
    Je ne sais pas. Tout d'abord il nous faut revenir, faire nos comptes, écrire un rapport, présenter le film, etc. Après ça nous verrons qui est intéressé pour organiser une nouvelle expédition. Mais c'est un très gros travail et un investissement personnel important, en temps comme en argent, que nous ne pourrons décider que plus tard.

    Recevez mon salut amical depuis le camp de base de l'expédition.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.