la biodiversité animale

Bonjour,
Nous sommes les élèves de 5eme du collège Rosa Parks à Toulouse.
Nous avons travaillé sur les conditions météo de l'île et les courants marins.
Maintenant nous travaillons sur la biodiversité animale de l'île et nous sommes en train de créer un livret.
Nous avons supposé que les animaux étaient adaptés aux conditions rudes et nous aimerions avoir votre avis.
Pour le Condor du Chili nous supposons qu'il a une grande envergure pour planer et utiliser la force des vents violents de l'île;
Pour le dragon de Patagonie nous avons peu d'informations. De quoi se nourrit il? Comment se reproduit il ?
Pour le Huemul son corps robuste peut lui permettre de se protéger du climat . Ses pattes courtes sont elles ainsi pour pouvoir être bien ancré au sol et se déplacer sur le relief de l'île ?
Le crabe royal a-t-il 10 longues pattes pour résister aux forts courants marins ?
Avez vous vu une chauve souris?
Merci pour toutes vos belles photos , nous suivons votre expédition en français avec attention .

les 5eme du collège Rosa Parks

Réponses

  • Bonjour à tous,

    Voici quelques éléments de réponse à vos questions, mes amis complèteront.

    Le condor du Chili s'appelle en fait le Condor des Andes. C'est un oiseau de proie qu'on trouve dans toute la cordillères des Andes. Pas seulement au Chili mais aussi au Pérou, en Bolivie et en Équateur. Il est adapté a des climats très différents mais toujours à proximité des chaines de montagnes. C'est l'oiseau volant le plus lourd que l'on connaisse. Sa puissance lui permet de planer dans les vents violents et les turbulences générées par le relief. Sur Madre de Dios on le voit parfois mais pas très souvent. Probablement à cause du manque de nourriture. De toutes façons il est capable de parcourir de très grandes distance et d'aller et venir de l'île au continent en quelques coups d'ailes.

    Sur le Dragon de Patagonie, nous aussi, n'avons que peu d'informations. C'est un animal qui a été découvert récemment et qui n'a pas encore été étudié en détail par les scientifiques. Ce qui nous étonne c'est qu'il est assez facile à trouver dans le glacier dès qu'un s'enfonce dans les moulins. Malgré l'apparent manque de nourriture il semble être capable de vivre dans la glace avec très peu d'apports de l'extérieur.

    Le huemul ne se trouve pas sur l'île Madre de Dios. Par contre on en trouve beaucoup sur le continent notamment dans les montagnes qui entourent le glacier que nous sommes allés explorer en début d'expédition. Son absence sur l'ile s'explique par le manque de prairies et de végétation pouvant servir de nourriture et aussi par le fait que l'île est séparée du continent par des canaux (fjords) assez larges qui seraient difficiles à traverser à la nage. Son corps est en effet bien adapté au climat froid et humide de l'archipel de Patagonie. Comme les isards, chamois et mouflons que l'on peut trouver dans les montagnes françaises il est très agile et capable de grimper sur des pentes raides.

    Le crabe royal, que l'on appelle ici centolla, est en fait un crustacé plus proche de la famille des langoustes et des homards que des crabes. Il est, lui aussi, très bon à manger avec un goût très fin. Les pêcheurs chilien en capturent beaucoup qui sont ensuite vendus à Santiago. Il a de grandes pattes couvertes de grosses épines. Mais je ne pense pas que ce soit pour résister aux courant marins car il vit assez profond, vers 30 m de profondeur, dans une zone ou les courants sont assez faibles. Ses pattes lui servent surtout à se déplacer et à se défendre.

    Nous n'avons pas vu de chauves souris sur l'île. C'est étonnant car on en trouve presque partout où il y a des grottes. Cette année, un spécialiste chilien est venu avec nous avec des appareils enregistreurs spéciaux pour détecter les ultrasons des chauves souris dans l'espoir d'en trouver sur l'île. Pour le moment nous n'avons pas terminé l’analyse de ces enregistrements et je ne sais pas vous répondre.

    Cordialement.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.