Version Française Version Espanol

OBJECTIF 2

La grotte du Pacifique, un patrimoine archéologique unique

crane
Grotte du Pacifique :première grotte ornée des archipels de Patagonie

Première grotte ornée des archipels de Patagonie, l’étude de la Grotte du Pacifique revêt un caractère essentiel pour une meilleure compréhension du patrimoine culturel des Kawésqar, les « Nomades de la Mer ».
L’importance des amas coquilliers suggère une occupation sporadique, mais fréquente, pendant des siècles. Les directions de recherche sont multiples. Il convient d’abord de replacer la cavité dans son contexte géologique et géomorphologique, notamment par rapport à l’évolution du niveau marin et à la surrection récente liée à l’allégement de l’île (rebond glacio-isostatique). Compte tenu de l’origine marine de la grotte et de son altitude vers +3 m, son occupation ne peut pas dépasser les deux à trois derniers millénaires.
D’un point de vue archéologique, il faudra compléter la cartographie détaillée de la grotte par un carroyage très précis et réaliser des sondages à la tarière au travers de la salle pour définir plus précisément l’épaisseur des amas coquilliers et d’éventuelles couches successives d’occupations datables au 14C, et pour mettre au jour de possibles sépultures et artefacts. Des fouilles sous autorité chilienne pourront être effectuées en stratigraphie et tamisage. L’observation statistique des restes alimentaires (patelles, ossements d’animaux) définira la diète de ces populations nomades qui s’aventuraient là temporairement pour chasser les otaries au large. On tentera ainsi de dater l’occupation de la grotte et de déterminer le comportement de subsistance de ses occupants.

coquillage
amas coquillés et restes de chasse
speleo
Crâne de la grotte sépulcrale n°2 du Barros Luco

L’étude des peintures à l’ocre et des dessins au charbon de bois va nécessiter une cartographie détaillée, des relevés pariétaux de chaque représentation et des microprélèvements, ainsi qu’une reconstitution en 3D de la cavité. Quelques analyses non destructives avec un appareil portable à rayons X (Niton) ont confirmé en 2008 que la peinture utilisée est riche en oxyde de fer.L'interprétation des peintures et dessins est à comparer avec ce que l’on connaît déjà sur le continent. Les figures anthropomorphes punctiformes, les rouelles solaires, la représentation probable d’un galion espagnol au charbon de bois, l’utilisation suggestive de certaines morphologies pariétales (otaries) et autres figurations attestent une activité
artistique bien ancrée et probablement étalée sur une longue période.

L’étude de cette grotte sera complétée par des recherches archéo-anthropologiques sur des sites sépultures remarquables comme les grottes et abris du seno Barros Luco et surtout l’aménagement au sol en os de baleine dans la grotte de la plage de la Baleine. Deux datations radiocarbone d’ossements humains respectivement à 700 et 900 ans BP indiquent une occupation pré-hispanique sur le front pacifique, mais très probablement à partir de trajets terrestres, mis en évidence en 2008 ; en effet une navigation
sur le Pacifique semble impossible avec les fragiles canots dont ils disposaient. On recherchera également dans tous ces sites des indices culturels traduisant des relations des groupes de Madre de Dios avec ceux des Indiens canoéros du nord et du sud des archipels.

Archéologie

1 - Grotte du Pacifique
Durée : 10 jours, 7-8 personnes ; étude des peintures, réalisation d'un sondage dans l'amas coquiller.
2 - Grottes de la baie de la Baleine
Durée : 15 jours, 7-8 personnes pour les grottes de la baie de la Baleine. Etude des vestiges d'habitat en os de baleine, sépulture, foyer : relevés, photos, cartographie, fouilles, prélè¨vements (coquilles, concrétions, os, charbons de bois), mesures in situ (analyseur portable XRF), autres prospections alentours.
3 - Sépultures du Barros Luco
En fonction du temps disponible, étude archéologique des sites découverts en 2006. Logistique : essais de dépose en hélicoptaire, sinon accès et ravitaillement exclusif par bateau, campement, inaccessible les jours de tempête, autonomie nécessaire, liaison tél. satellite. La baie de la Baleine peut être néanmoins atteinte en par voie terrestre avec une charge moyenne (25 kg).



kawesqar
Francisco, Maria-Isabel, Gabriela, Raul parmis les dernier Kawesqar

- suite - Objectif 3 : Paléontologie : La grotte de la Baleine >
Livre "L'Île aux Glaciers de Marbres"
Textes et photos © Centre Terre - Pasquet - 33760 Escoussans - France - association loi 1901 - ultima(a)centre-terre.fr